1957 Facel Vega FV3

1957 Facel Vega FV3

L'un des 48 exemplaires produits

Prix: €180,000

  • Châssis FV3-57174
  • Restauration totale par les Ateliers Tisserand
  • L'automobile Française la plus raffinée de son époque
  • Une pièce exceptionnelle pour toute collection

La Facel Vega FV3

Au cours de sa brève existence, la firme française Facel-Véga a produit environ 2 900 voitures, toutes élégantes, luxueuses et rapides. Elles étaient très chères – une Facel II était à peu près au niveau d’une Rolls-Royce – et étaient achetées par les plus riches, à la recherche d’exclusivité et de distinction. La liste des propriétaires comprend des princes, des politiciens, des diplomates et des vedettes, parmi lesquelles Tony Curtis, Danny Kaye, Ringo Starr, Joan Fontaine et Ava Gardner. Comme il y avait également de la puissance sous le capot, elles furent également possédées et utilisées par des pilotes de course comme Stirling Moss, Maurice Trintignant et Rob Walker.
Fondée par Jean Daninos en 1939, Forges et Ateliers de Construction d’Eure-et-Loir (FACEL) était spécialisé dans la construction de composants aéronautiques et de meubles métalliques. Après la guerre, la société construisit des carrosseries d’automobiles pour Panhard, Simca et Ford France, avant de se lancer dans la construction de ses propres modèles avec la Véga, présentée au Salon de Paris en 1954. La politique gouvernementale avait éradiqué les quelques marques de luxe survivantes après la deuxième guerre, mais cela n’empêcha pas Jean Daninos de tenter de raviver le flambeau du grand tourisme qui avait été autrefois une grande tradition française. Grande routière luxueuse, la Véga tirait son nom de la plus lumineuse des étoiles de la constellation de la Lyre et recevait une très élégante carrosserie soudée sur un châssis tubulaire. N’ayant pas de moteur français assez puissant sous la main, Daninos se tourna vers les États-Unis pour sa Véga, optant à l’origine pour le V8 Chrysler 4,5 litres de 180 ch qu’on pouvait choisir d’associer à une transmission manuelle ou à une transmission automatique par bouton-poussoir. Les évolutions ne tardèrent pas et dès la fin de 1957, la voiture devenait FV3B avec 200 ch.


L’automobile présentée

Châssis FV3-57174. Dans une magnifique livrée blanche intérieur cuir beige, cette superbe et excessivement rare FV3 coupé fut immatriculée pour la première fois le 27 mars 1957 et livrée neuve pour le marché Suisse, comme l’indiquent les registres de la marque, pour un certain Mr Dornier de Genève. En 2010, l’avant dernier propriétaire en fit l’acquisition, elle était alors dans un état très sain mais nécessitant une restauration. C’est alors qu’elle fut mise chez le spécialiste mondial de la marque, les ateliers Tisserand, afin de la mettre à l’état concours. Toute la carrosserie fut démontée à la taule. Les éléments mécaniques et électriques furent aussi entièrement démontés. Tout l’intérieur a été refait comme à l’époque et avec exactitude. Un large dossier photos, détaillant point par point et avec précision tous les travaux, sera remis avec la voiture. En 2015 la restauration fut terminée et l’auto assez peu utilisée depuis. Equipée d’un très fiable et puissant V8 Plymouth De Soto et d’une boite automatique, l’auto est montée sur de rare jantes Robergel (non originales à cette voiture), cette magnifique FV3, en plus d’être rarissime, représente le luxe ultime de l’automobile Française dans les années 50.

Immatriculation Européenne.